CfP American Fiction in the Face of Innovation

 

Call for papers

CONTEMPORARY AMERICAN FICTION IN THE FACE OF TECHNICAL INNOVATION

International conference in Paris · January 24-25, 2020

Universities Sorbonne Nouvelle & Vincennes Saint-Denis

 

Paul Virilio In Memoriam

 

 

“The novel in the embrace of new technologies will be the novel that writes itself.”

“Will advancing technology revitalize human consciousness or drown it forever?”

 

Don DeLillo (Peter Boxall, personal correspondence)

Based on the title of a recent book by Xavier Pavie, “Innovation in the Challenge of Philosophy,” this conference aims to examine the relationship between American fiction and the innovations that have marked the first decades of the 21st century: the Internet, social media, smart devices and environments, artificial intelligence, nanotechnologies, genetic engineering and other biotechnologies, as well as transhumanism. These technological innovations have redefined the way we live in and conceive of the world, as well as the way we interact with each other and understand human beings in their ever closer relationships to machines – human beings are no longer, cared for or patched up, they are now enhanced or simply replaced. What about our artistic and cultural practices in such context? Have language and literature been transformed by these recent advances? In order to explore these questions, we will investigate the reciprocal bond between technological progress and 21st century fiction: how is fiction informed by technological progress (in its topics, in its structures, in its style, in its relationship to readers) and conversely, what representations of progress can it oppose to such transformations? In other words, to what extent does technological innovation renew the literary, and subsequently, in relation to which writing standards, or even protocols (Alexander Galloway)? In a world that “has been turned into numbers” (Olivier Rey) and seems to have restored, after God’s death, a new transcendence that has taken the form of technology, how does literature apprehend a humanity no longer generated and conceived in the image of God, but which, ridden with the “Promethean shame” (Günther Anders) of having been born according to a blind and hazardous process, can now be manufactured and owe its existence to algorithms? If human sciences or philosophy probe the ethical dimensions of current technological manipulations (genetics, cloning, continuing life after brain death), what about fiction? If irony once constituted “the freedom of the writer in his relationship to God, the transcendental condition of the objectivity of form-giving” (Lukacs, Theory of the Novel), can it still unfold in an era characterized by artificial transcendence or by the technological sublime that marks a fanatic return of metaphysics?

In addition to the ontological changes made possible by technology, can fiction offer a critique of the new media and of the upheavals they precipitate? How does the temporality of literature respond to a technical time subjected to the imperatives of efficiency (Huxley, The History of Tension), when the present is slave to the future (Bataille, The Sovereign)? Can fiction contest the productivist and consumerist telos that orients our lives, and rests on unquenchable desires that generate a uniform and restless time (Jonathan Crary, 24/7 Late Capitalism and the End of Sleep)? Is it doomed to the paradoxical mimesis of a “transparent society” – without obstacles – as defined by German philosopher Byung-Chul Han (“a society of positive, exposure, evidence, pornography, acceleration, intimacy, information, revelation and control”)? Do virtual worlds challenge the primacy of literary fiction as a privileged mode of escape from daily life? In a context where artworks can be generated through computation, can the advent of a poetic event still resist algorithmic logics (Bruno Bachimont, Le sens de la technique : Le numérique et le calcul)? What becomes of the body (that of the character, reader, author) in a world in which its technical extensions (Leroi-Gourhan, Gesture and Speech) increase the externalization of its cognitive functions in media artifacts and digital networks (McLuhan, Understanding Media – The Extension of Man), and in which our natural habitat is progressively replaced by a quickly evolving “technical milieu” (Jacques Ellul, The Technological Society)? Does so called “augmented literature” limit the unfolding of our imagination or does it open up new vistas for the literary? What about transmedia logics that prompt authors to explore and invest new writing scenes and devices? Bearing in mind that writing is always already technical to what extent can we speak of a technologization” of writing specific to contemporary literature?

Contemporary American fiction has been engaging with such questions. Jonathan Franzen, after re-publishing essays by Karl Kraus to substantiate his criticism of digital media, composed a tragic novel on the written press and the threats it faces as the Internet becomes the primary mode of communication, and as such figures as that of the whistleblower take on roles traditionally played by journalists (Purity). Some writers have experimented with live fiction writing, like Joshua Cohen, whose PCKWCK – a reference to Dickens’s Pickwick Papers – deals with the acceleration of communication in the digital age. In The Circle, Dave Eggers imagined a panoptic society where consumers willingly integrate surveillance technology in their daily lives. Other writers take advantage of new media configurations to remodel narrative form: by, for instance reinventing the epistolary novel and transpositing it onto collaborative platforms (such as Booking.com) in Rick Moody’s Hotels of North America; or through the emergence of “twitter fiction” (with Jennifer Egan tweeting her short story “Black Box” for the New Yorker). 2043, a speculative work by Kim Stanley Robinson (2012), allows us to envision human life after an ecological catastrophe, the rise to power of artificial intelligence and the colonization of the solar system through terraforming. Richard Powers, in Overstory (2018), muses upon our relationship with trees, as our environment is becoming more technical. In Jeff VanderMeer’s “eco-horror” novel Annihilation (2014), the border separating humans and nonhumans is disrupted by innovations in biotechnology. Each of these literary endeavors traces a different trajectory across the technological terrain we now inhabit. To what extent are these trajectories informed by the great founding myths of America, the traditional land of innovation, and notably of military-scientific innovation (Donna Haraway, The Cyborg Manifesto)?

This conference will give us an opportunity to share and discuss the visions articulated by contemporary American writers as technical systems have come to regulate large parts of our existence. How does literature help us to live within, without, or beside these systems? What can contemporary American fiction teach us about the technical making and remaking of the world?

 

Presentations may be in French or English and touch upon:

Trans- and posthumanism in fiction

Literary approaches to the ethics of medical technology

Narrative faced with biotechnologies

Literature and responsibility

Writers’ Twitter accounts

Fiction against/for new media

Technology and capital, neoliberalism

Forms of life and management techniques

The press and whistleblowers

Internet and totalitarianism

The face (Facebook)

Acceleration, hyper speed and narrative temporality

Mimesis and the transparency society

Addition/algorithms in narration

Reading as connection compulsion

Cybernetics and technical systems in literature

Literary and digital languages (code across media)

Exhibitionism

Writing, pornography, and the regimes of the contactless

Disruptive fiction

Ecological catastrophe and technology

 

250-500 words proposals accompanied by a short bio. should be sent to:

beatrice.pire@sorbonne-nouvelle.fr

pierre-louis.patoine@sorbonne-nouvelle.fr

arnaud.regnauld@univ-paris8.fr

 

Submission deadline is July 15th, 2019.

 

Proposals will be subjected to blind peer-review by the scientific committee. Authors will be informed of the results of their submission before July 30th 2019.

 

Organizers

Arnaud Regnauld (University Vincennes Saint-Denis Paris 8)

Béatrice Pire (University Sorbonne Nouvelle Paris 3)

Pierre-Louis Patoine (University Sorbonne Nouvelle Paris 3)

 

This conference is a joint initiative of Paris 8 University (EA 1569 – TransCrit) and Sorbonne Nouvelle University (EA 4398 PRISME – Groupe 19-21 Modernités critiques).

 

 

Appel à communications

 

LA LITTÉRATURE AMÉRICAINE CONTEMPORAINE FACE À L’INNOVATION TECHNIQUE

 

Conférence internationale à Paris · 24 et 25 janvier 2020

Universités Sorbonne Nouvelle & Vincennes Saint-Denis

 

Paul Virilio In Memoriam

 

“The novel in the embrace of new technologies will be the novel that writes itself.”

“Will advancing technology revitalize human consciousness or drown it forever?”

Don DeLillo (Peter Boxall personal correspondence)

 

 

Reprenant le titre d’un ouvrage récent de Xavier Pavie (2018), “L’innovation à l’épreuve de la philosophie”, cette conférence se propose d’interroger les relations de la fiction américaine aux innovations qui ont marqué les premières décennies du 21e siècle : Internet, médias sociaux, objets et environnements intelligents, intelligence artificielle, nanotechnologies, ingénierie génétique et autres biotechnologies, transhumanisme. Ces innovations techniques redéfinissent la manière dont nous habitons notre monde, interagissons les uns avec les autres et appréhendons l’humain dans son rapport de plus en plus étroit à la machine, non plus, comme autrefois, soigné ou réparé, mais désormais augmenté ou remplacé. Qu’en est-il alors de nos pratiques artistiques et culturelles ? Ces avancées récentes modifient-ils la langue et la littérature? C’est afin d’explorer ces questions que nous aborderons le lien réciproque du progrès technique et de la fiction : comment la fiction est-elle transformée par les progrès techniques (dans ses sujets, dans ses structures, dans son style, dans son rapport aux lecteurs) et inversement quelles représentations du progrès peut-elle leur opposer ? En d’autres termes, dans quelle mesure l’innovation technologique renouvelle-t-elle ce qui relève du littéraire, et auquel cas, par rapport à quelles normes d’écriture, voire par rapport à quels protocoles (Alexander Galloway, 2004) ? Dans un monde qui « s’est fait nombre » (Olivier Rey, 2016) et paraît avoir rétabli, après la mort de Dieu, une nouvelle transcendance sous le visage inédit de la technique (DeLillo, Zero K, 2016), comment la littérature appréhende-t-elle cette humanité non plus seulement engendrée et conçue à l’image de Dieu, mais qui, traversée par la « honte prométhéenne » (Günther Anders, 1956) d’avoir été mise au monde selon un processus aveugle et hasardeux, peut à présent devoir son existence aux algorithmes et se voir fabriquée ? Si les sciences humaines ou la philosophie sondent les dimensions éthiques des manipulations technologiques actuelles (génétique, clonage, mort cérébrale), qu’en est-il de la fiction (Habermas, 2015) ? Si l’ironie constituait autrefois « cette liberté de l’écrivain à l’égard de Dieu, […] la condition transcendantale qui confère l’objectivité à la structuration » (Lukacs, Théorie du roman), peut-elle encore se déployer dans une époque caractérisée par la transcendance artificielle ou le sublime technologique qui marque un retour forcené de la métaphysique ?

Outre les changements ontologiques permis par la technologie et son intervention croissante sur les origines et les fins, la fiction peut-elle offrir une critique des nouveaux médias et des bouleversements qu’ils précipitent ? En quoi la temporalité de la littérature répond-t-elle au temps technique soumis à l’impératif de l’efficacité (Huxley, The History of Tension), où le présent est esclave du futur (Bataille, Le Souverain), celui d’un telos productiviste et consumériste, dont la résolution sans cesse différée génère un temps uniforme et sans repos (Jonathan Crary, 24/7 Late Capitalism and the End of Sleep) ? Est-elle condamnée à la paradoxale mimesis d’une « société de transparence » -sans obstacle-telle que la définit le philosophe allemand Byung-Chul Han (société « positive, d’exposition, d’évidence, pornographique, d’accélération, de l’intime, de l’information, du dévoilement et du contrôle », 2017) ? Quels défis le nouveau monde virtuel lance-t-il au littéraire qui pouvait longtemps se targuer d’avoir la primauté de l’échappée du réel ? Dans un contexte où il devient possible de produire des œuvres « calculées », la littérature est-elle encore en mesure d’opposer le surgissement de l’événement poétique à la logique algorithmique (Bruno Bachimont, Le sens de la technique : Le numérique et le calcul, Encre Marine, 2010) ? Que devient le corps (du personnage, du lecteur, de l’auteur) dans un monde où ses extensions techniques (Leroi-Gourhan, Le Geste et la parole) externalisent toujours davantage ses fonctions cognitives dans des artefacts médiatiques (McLuhan, Understanding Media – The Extension of Man) et des réseaux numériques et modifient nos pratiques culturelles, plongés comme nous le sommes dans un « milieu technicien » (Jacques Ellul, Le système technicien) en transformation rapide ? La littérature dite augmentée retranche-t-elle quelque chose au déploiement de l’imaginaire ou bien ouvre-t-elle le champ du littéraire ? Que dire dès lors des frontières du littéraire face à la logique transmédiatique qui pousse les auteurs à explorer et investir de nouveaux dispositifs et de nouvelles scènes de l’écriture ? Peut-on réellement parler d’une technologisation qui serait le propre de l’écriture contemporaine sachant que toute écriture est toujours déjà technique ?

La fiction américaine contemporaine explore ces questions. Après avoir republié des essais de Karl Kraus en anglais pour soutenir sa critique des nouveaux médias, Jonathan Franzen a composé un roman tragique sur la presse dite traditionnelle et les menaces que constituent pour elle l’Internet et les nouveaux lanceurs d’alerte (Purity). De son côté, Joshua Cohen a tenté l’expérience d’une écriture romanesque en direct, intitulée PCKWCK, en référence aux Pickwick Papers de Dickens pour démontrer l’accélération du temps médiatique à l’âge digital. Dave Eggers a conçu une forme de société panoptique de l’ère numérique dans The Circle. D’autres écrivains usent des nouvelles structures médiatiques pour forger des dispositifs narratifs inédits : réinterprétation du roman épistolaire sous la forme d’une plateforme inspirée de Booking.com dans Hotels of North America de Rick Moody, invention d’une forme littéraire courte équivalente aux tweets (la tweet-nouvelle « The Black Box » de Jennifer Egan, d’abord tweetée sur le compte du New Yorker). 2043, une fiction spéculative de Kim Stanley Robinson (2012) nous permet d’envisager la vie humaine après la catastrophe écologique, et l’avènement de puissantes intelligences artificielles et de la colonisation du système solaire grâce à la terraformation. De son côté, Richard Powers nous propose dans The Overstory (2018), une réflexion sur notre relation aux arbres dans un monde toujours plus technicisé. Aihilation, de Jeff Vandermeer (2014), est un roman d’ “éco-horreur” où l’atténuation de la frontière entre l’humain et le non-humain est imaginée à l’aune des biotechnologies contemporaines. Plus généralement, on pourra se demander dans quelle mesure la littérature américaine s’empare-t-elle de la question technologique à partir des grands mythes fondateurs de l’Amérique même en tant qu’ancien creuset de l’innovation militaro-scientifique (Haraway, Cyborg Manifesto) ?

Cette conférence sera l’occasion de réfléchir, avec les écrivains américains contemporains, à la régulation de nos existences par les systèmes techniques. Comment la littérature nous permet-elle de vivre au sein, en dehors, à côté de ces systèmes ? Que nous enseigne la littérature américaine contemporaine sur la fabrication technique de notre monde ?

 

Les présentations pourront être données en français ou en anglais, et avoir trait aux sujets suivants :

Fiction et transhumanisme

Littérature, technique, médecine et éthique

Eugénisme

Fiction et biotechnologies

Littérature et responsabilité

Les écrivains et leurs comptes Twitter

La critique des nouveaux médias dans la fiction

Média, technologie et capital, néolibéralisme

Formes de vie et techniques managériales

La presse, le lanceur d’alerte

Internet et totalitarisme

Visage et face (Facebook)

Accélération, hypervitesse et temps narratif

Mimesis et société de transparence

Addition et narration

Lecture et pulsion de connexion

Langue littéraire et langages numériques

Exposition, exhibition

Fiction et disruption

Ecriture, pornographie et « sans contact »

Innovation technologique et écologie

 

Les propositions (250-500 mots), accompagnées d’une courte biographie, doivent être envoyées à :

 

beatrice.pire@sorbonne-nouvelle.fr

pierre-louis.patoine@sorbonne-nouvelle.fr

arnaud.regnauld@univ-paris8.fr

 

La date limite d’envoi des propositions est fixée au 15 juillet 2019.

 

Les propositions seront soumises à une évaluation en double aveugle par le comité scientifique, et les auteurs seront notifiés du résultat de leur candidature avant le 30 juillet 2019.

 

Comité d’organisation

Arnaud Regnauld (Université Vincennes Saint-Denis Paris 8)

Béatrice Pire (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

Pierre-Louis Patoine (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3)

 

Ce colloque est une initiative commune de l’université Paris 8 (EA 1569 – TransCrit) et de la Sorbonne Nouvelle (EA 4398 PRISME – Groupe 19-21 Modernités critiques).

Call for paper : Immersive territories (June 22-23, Paris)

**English version follows**

 

Habiter les territoires immersifs : perspectives écologiques, neuroscientifiques et esthétiques sur la littérature, les arts et le jeu vidéo à l’ère de l’Anthropocène

 

Institut du monde anglophone

Université Sorbonne Nouvelle

5, rue de l’École de médecine 75006 Paris

 

22-23 juin 2018

 

Alors que les habitats naturels se dégradent, les arts nous proposent des expériences immersives, qui ouvrent vers des modes nouveaux de l’habiter. Le jeu vidéo, la littérature, le cinéma, le théâtre, l’art contemporain créent des territoires qui nous invitent à l’exploration et au vagabondage, à la flânerie et à la contemplation ; des activités improductives qui peuvent perturber les cycles du néolibéralisme et contrevenir aux styles cognitifs qu’il promeut.

Ces activités reposent sur la capacité du joueur/ lecteur/ spectateur à entrer en immersion, un état de conscience modifié qui nous permet d’habiter ces mondes secondaires, d’y dépenser une part significative de notre énergie. Que peuvent nous apprendre écologie, neuroscience et esthétique sur cet état de conscience, sur ce mode attentionnel dont les enjeux éthiques et esthétiques – agencés au sein d’œuvres spécifiques – s’étendent à la manière dont habitons notre environnement planétaire ?

C’est à partir de l’intervention d’un fondateur de la neuroesthétique, Semir Zeki (University College of London), que nous réfléchirons à ces questions. Cette conférence fait suite aux travaux menés depuis 2013 au sein du cycle de rencontres « Neurohumanités » organisées à la Sorbonne Nouvelle par le groupe [Science/Littérature] soutenu par l’EA 4398 PRISMES : https://litorg.hypotheses.org.

Les propositions de communications de 250 mots accompagnées d’un paragraphe biographique sont à envoyer avant le 20 avril 2018 à pierre-louis.patoine@sorbonne-nouvelle.fr et Alexa.WeikvonMossner@aau.at. Les réponses seront données le 25 avril.

 

Comité scientifique

Alexa Weik von Mossner (Université de Klagenfurt) ; Carl Therrien (Université de Montréal) ; Jonathan Hope (Université du Québec à Montréal) ; Alexis Blanchet (Sorbonne Nouvelle) ; Aude Leblond (Sorbonne Nouvelle); Pierre-Louis Patoine (Sorbonne Nouvelle)

Image : Tales from Earthsea (Gorō Miyazaki 2006)

 

Inhabiting immersive territories: neuroscientific and ecological perspectives on literature, videogames and the arts in the Anthropocene

 

Institut du monde Anglophone

Sorbonne Nouvelle University

5, rue de l’École de médecine 75006 Paris

 

June 22-23, 2018

 

While our natural habitat is being degraded by our inability to develop sustainable lifestyles on a planetary scale, arts create immersive environments, opening up new modes of inhabitation. Videogames, literature, cinema, theater, and visual arts design territories, inviting us to explore and to wander, to roam and to contemplate; unproductive activities that disrupt the cycles of neoliberalism and counter the cognitive styles it promotes.

These embodied activities are made possible by the reader/player/spectator’s capacity to immerse herself in texts, by her ability to enter altered states of consciousness. These states of consciousness allow us to dwell in secondary worlds, in which we can spend a significant part of our time and physiological resources, a significant part of our life. What can neuroscience, ecology and the humanities teach us about these states of consciousness, these modes of attention that modulate our encounter with artistic creations and their designed universes? And how do artists build these universes? How do they become a habitat for the “symbolic species” (to use Terrence Deacon’s words)? Can our daily frequentation of these territories change the way we relate to our geophysical, planetary environment?

It is around an intervention by neuroscientist Semir Zeki (University College of London) that we will engage with these questions. This conference is part of the Annual Neurohumanities Meetings held at Sorbonne Nouvelle since 2013, and is organized by the [Science/Literature] research group, EA 4398 PRISMES: https://litorg.hypotheses.org.

250 words abstracts accompanied by a biographical note are to be sent before April 20, 2018, to pierre-louis.patoine@sorbonne-nouvelle.fr and Alexa.WeikvonMossner@aau.at. Notification of acceptance date: April 25, 2018.

 

Scientific Committee

Alexa Weik von Mossner (Klagenfurt University) ; Carl Therrien (University of Montreal) ; Alexis Blanchet (Sorbonne Nouvelle) ; Aude Leblond (Sorbonne Nouvelle) ; Jonathan Hope (University of Quebec in Montreal) ; Pierre-Louis Patoine (Sorbonne Nouvelle)

Immersions : habiter la fiction

Que devient la littérature à l’ère du jeu vidéo ? Financé par la Sorbonne Nouvelle, le projet « Habitations littéraires, immersions vidéoludiques » travaille cette question à partir d’une hypothèse de départ : parce que le récit vidéoludique repose sur la création et l’exploration d’univers virtuels, il ouvre vers une pratique immersive du texte qui participe à la construction de l’horizon d’attente des lecteurs au XXIe siècle. Afin de tester la validité de cette hypothèse, nous comparons les différentes manières dont les textes littéraires et vidéoludiques deviennent le support d’une expérience spatiale, géographique, immersive et habitationnelle. Nous proposons dans ce but une série d’analyses comparées d’œuvres littéraires et vidéoludiques, menées par les experts du groupe lors de différentes missions, et mises en commun lors de workshops et grâce au séminaire web et au catalogue du projet qui sont hébergés sur ce carnet. Ces analyses nous permettront d’élargir notre vision conceptuel des pratiques immersives et habitationnelles. Il s’agira notamment de développer un vocabulaire critique nous permettant de traiter de ces pratiques, en vue de développer des cours universitaires. D’un point de vue méthodologique, l’analyse textuelle reste donc centrale. Mais celle-ci sera informée par des savoirs issus des neurosciences et de la biologie, la question de l’habitation concernant autant l’esthétique que les sciences du vivant. Le projet « Habitations littéraires, immersions vidéoludiques » intègre ainsi analyses de corpus et élaboration d’un cadre théorique transdisciplinaire. De plus, l’étude des pratiques vidéoludiques nous pousse à développer de nouveaux outils de documentation et d’archivages des corpus, d’analyse et de diffusion des résultats, nous permettant notamment de constituer un catalogue multimédia qui servira de document pédagogique. « Habitations textuelles, immersions vidéoludiques » est un projet original qui créé des synergies entre trois départements de la Sorbonne Nouvelle (anglais, littérature, cinéma). Le carnet de recherche nous permettra d’annoncer les différentes activités du groupe mais aussi d’archiver des extraits et de proposer un glossaire notionnel. Le carnet s’adresse aux chercheurs s’intéressant à la question de l’immersion dans une perspective transdisciplinaire, réunissant esthétique, écologie, et neurosciences.